Dimanche 21 mars

UN EVENEMENT APPAREMMENT ANODIN…

Jean 12, 20 – 33 

Vous vous rappelez, il y a 3 semaines, nous commencions le passage où Jésus chasse les vendeurs du Temple. Ceux-ci s’étaient installés sur le “parvis des gentils”, l’espace réservé aux païens. C’est la grande scène inaugurale au chapitre 2 de St Jean, où Jésus vient remettre de l’ordre dans le culte, en réaffirmant fortement que Dieu est venu pour tous les peuples, y compris les païens.

Justement aujourd’hui, nous lisons un passage qui passe souvent inaperçu, mais qui est très intéressant car il met en scène des Grecs, des païens, venus en pèlerinage à Jérusalem pour la Pâque. Ils cherchent à rencontrer Jésus. Ils n’osent pas l’approcher, ils doivent être impressionnés, peut-être qu’ils ne se sentent pas dignes de rencontrer le rabbin Jésus (et puis, il y a toutes les questions d’impureté qui bloquent les rencontres juifs/non juifs). Ils vont donc vers Philippe. Jean nous dit qu’il « était de Bethsaïde », on se demande ce que cela vient faire. Mais Bethsaïde était une ville juive pour une part en territoire païen. Philippe a un nom grec (l’ami des chevaux), il est certainement habillé à la mode grecque. Donc, nos étrangers vont vers lui. or Philippe est embarrassé, des païens ne peuvent pas aller comme cela vers un rabbin. Philippe va donc voir son ami André et ensemble, ils vont vers Jésus. A deux, on est plus fort.

Curieusement, Jésus ne semble pas leur répondre, aucun contact n’est établi avec ces Grecs. L’annonce de la venue de ces étrangers semble porter un coup dur à Jésus, à première vue complètement disproportionné avec l’évènement. Qu’est-ce qui se passe dans son cœur? Jean essaie de nous le dire. C’est comme si la venue des Grecs était ressentie dans l’intérieur de Jésus comme un grand signal : la mission vers Israël est désormais achevée. “C’est l’heure”. Comme si Jésus disait en lui-même: Il n’y a plus rien à faire, tout est bloqué, mais il faut tenir. C’est l’heure de l’offrande dans la nuit, comme le grain qui de blé qui doit tomber en terre pour porter du fruit. C’est le moment d’une immense solitude, abyssale.

Dans l’évangile de Jean, Jésus est bien arrêté au jardin des Oliviers mais cependant, la scène de l’agonie n’y figure pas. Beaucoup d’exégètes pensent que l’agonie de Jésus se situe précisément dans le passage d’aujourd’hui. “Maintenant, mon âme est bouleversée. Que dire ? Père, sauve-moi de cette heure. – Mais non, c’est pour cela que je suis venu.” On entend ces phrases du combat spirituel du jardin des Oliviers qu’on a tous en mémoire: « Père, non pas ma volonté, mais la tienne. »

Comme Saint Luc à l’agonie où un ange vient le réconforter ou comme sur la montagne de la Transfiguration, il y a une réponse, une voix, un signe du Père : “Du ciel vient une voix qui disait: “Je l’ai glorifié (c’est-à-dire je lui ai manifesté le poids de mon amour) et je le glorifierai encore. Ta croix sera comme un trône royal où tous les hommes seront attirés vers toi. Les gentils auront leur place et le temple sera rénové pour toujours.””

Mais à propos de ce passage, une autre hypothèse se fait jour, assez peu connue, qui peut aujourd’hui nourrir notre prière. Je vous ai dit qu’il n’y a pas d’agonie dans l’évangile de Jean; il n’y a pas non plus de scène de la tentation au désert, ou plutôt elle se situerait à cet endroit caché de l’Évangile. Dans la venue de ces quelques Grecs, Jésus aurait connu une tentation extrême. Je m’explique brièvement : comme si Jésus disait: je suis en butte à l’hostilité croissante de mes frères. Ils m’en veulent à mort. Or je vois que chez ces païens, je vais trouver un écho nettement plus favorable. Eux au moins, ils cherchent, ils attendent quelque chose, leur cœur est ouvert. Avec eux, quelque chose de plus universel pourrait s’amorcer. Je devrais me détourner de ce qui me paraît voué à l’échec, refuser cette mort qui m’attend car elle anéantirait la mission que le Père m’a confiée. Une autre voie semble s’ouvrir. Est-ce un signe du Père ? C’est comme si Jésus était tenté de prendre la voie que Saint Paul ouvrira plus tard vers les païens, face au refus de ses frères de race, après la résurrection. C’est ce que Saint Ignace appellera des siècles plus tard, “la tentation sous couvert de bien”. Apparemment, le but visé est noble et généreux, dynamisant. Il donne un avenir prometteur à la mission, mais subtilement, cette piste attirante permet d’esquiver la grande épreuve, quelque chose d’extrêmement coûteux et d’obscur, mais où le Père m’attend.

Convenons en, la disproportion est impressionnante entre cet événement anodin, la venue de quelques Grecs vers Jésus, et l’impact énorme que cela a sur lui, avec en prime un coup de tonnerre et la voix du Père comme au baptême, comme à la Transfiguration, puis l’annonce de la victoire d’un énorme combat spirituel: “le prince de ce monde est jeté dehors.” Ce passage est vraiment impressionnant car il condense en un seul quatre évènements majeurs mentionnés dans les autres évangiles : la voix du baptême, celle de la Transfiguration, la scène de la tentation et celle de l’agonie.

Conclusion: Que nous apprend cet évènement si dense sur la route de notre Carême ?

Cette page de St Jean nous a donné à contempler quelques instants le combat intérieur de Jésus. Ce combat impressionnant peut nous faire comprendre un peu plus à quel point Jésus nous aime, à quel point il est venu assumer notre humanité, traverser, gagner tous les combats où nous risquons d’esquiver notre responsabilité, voire notre dignité.

Nous pensons aussi à tous ceux qui ont un fort combat à mener -peut-être dans notre assemblée- autour d’une question de santé, un conflit, une trahison, un abandon, une nuit de la foi, avec le sentiment d’une issue fatale, ou une tentation subtile d’esquiver un cap qui pourtant est le bon, même s’il est le plus éprouvant.

Et pour finir, voici deux phrases, qui me reviennent en mémoire. Celle tout d’abord du philosophe: l’épreuve vérifie le fond de l’être. Une épreuve n’est vraiment pas à souhaiter mais lorsqu’elle arrive, et que la tentation est vaincue, de toute évidence, elle nous approfondit.

Et la phrase qui est je crois, du père Jacques Philippe, à propos du consentement. Celui ci ne doit surtout pas être confondu avec la résignation. “Le consentement, dit-il, c’est la résignation + l’espérance.” Que l’Évangile d’aujourd’hui nous aide à consentir à ce qui doit être consenti. Amen

P. Nicolas Rousselot sj